L'hypnose est un talent que chacun possède...

 

L'inconscient est un réservoir de ressources.

Milton Erickson

 

Le but dans l'hypnose, c'est de grandir, d'évoluer, de continuer d'avancer

Et ce n'est pas revenir à l'état d'avant quand on stoppe le tabac ou l'alcool, c'est plutôt grandir et aller vers le mieux-être.

 

L'hypnose est un accélérateur de processus:

en hypnose, on s'adresse directement au subconscient.

 

L'hypnose permet de contourner le facteur critique de notre pensée.

 

On n'est pas hypnotisé,
on se met soi-même en hypnose.

 

Jusqu’à ce que vous soyez conscient de l’inconscient,

celui-ci dirigera votre vie et vous l’appellerez "destinée".

 

Pendant des années, j'ai attendu que ma vie change. Mais maintenant je sais que c'était elle qui attendait que moi je la change

Fabio Volo

 

Le secret pour avancer c’est de commencer.

Mark Twain

 

Celui qui déplace
une montagne
commence par déplacer
de petites pierres

Confucius

 

Je ne suis pas ce qui m'arrive,
je suis ce que je choisir de devenir

Carl Jung

 

N'attends pas l'instant parfait.
Saisis l'instant et rends-le parfait.

 

Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine,, elle est mortelle

Paula Coelho

 

Je vis et je pense à mes risques et périls,
ce qui fait que par moment,
j'ai l'air d'un imbécile !

Victor Hugo

 

Nous commençons à vieillir
quand nous remplaçons
nos rêves par des regrets.

Sénèque

1
1

Mon approche…

Je m’appelle Jean-Marie Cocheteau,  je suis Maître praticien en hypnothérapie.

L’hypnothérapie que je pratique en cabinet, repose sur l’approche Hunkaar, imaginée parJean-Emmanuel Combe, qui s’est inspiré des travaux de Pierre Janet (1859-1947) et Milton Erickson (1901-1980), psychiatres et pères de l’hypnothérapie moderne.

C’est plus qu’une méthode, c’est une conception de l’hypnothérapie qui se démarque de l’hypnose dite « ericksonienne »: face à une vision dirigiste, l’approche Hunkaar recherche le dialogue avec cet inconscient en le laissant s’exprimer et dévoiler ainsi la ou les sources de son mal-être .

J’ai découvert cette pratique alors que j’exerçais « tranquillement », l’hypnose éricksonienne à mon cabinet depuis quelques années. Cependant, je commençais  à en ressentir les limites, les inconvénients voire les dangers. Je recherchais une autre approche, plus en « connexion » avec les êtres, moins factice.  Je ne crois pas au hasard, je pense qu’on le provoque, ou plutôt que notre inconscient le provoque. Du coup, j’aime à croire que c’est mon inconscient qui m’a fait rencontrer Jean-Emmanuel Combe, auteur de cette philosophie Hunkaar.

Objectifs:
Quelque soit les symptômes pour lesquels vous venez, mon but est de permettre à votre inconscient de s’exprimer, pour que ces symptômes qui sont le reflet de sa souffrance, et de son incapacité à évacuer ses traumatismes puissent disparaître.
Bref, je suis une sorte d’accoucheur mais de l’Enfant-intérieur, un sage-homme en quelque sorte, un passeur… à condition bien sûr, que l’inconscient veuille bien participer.

Inconscient et Etat hypnotique ?
Suivant les cultures, les âges et les croyances, l’inconscient revêt différents noms: certains parlent d’Esprit, d’autres d’Ange gardien, d’Inconscient, de Subconscient voire désormais de réseaux neuronaux affectifs (Dr Lenoir), en opposition avec le Conscient et les réseaux neuronaux raisonnables. (L’imagerie médicale permet de remarquer l’activation de réseaux neuronaux distincts lors des transes hypnotiques.) On estime que 80% de nos actions et décisions proviennent de l’Inconscient, en lien avec nos émotions, nos intuitions, nos ressentis, nos alertes, nos défenses, nos comportements. Restent 20%  dévolus au Conscient chargé de régler les affaires « raisonnables », celles courantes et matérielles: réfléchir, calculer, raisonner, fabriquer, manipuler un objet…
Chez le fumeur, le Conscient sait bien que ce n’est pas « raisonnable » de fumer, mais l’Inconscient n’en a cure, puisque c’est un comportement qu’il a lui-même placé et qui de son point de vue, tient un rôle protecteur émotionnel. On se rend bien compte dès lors, que Conscient et Inconscient sont indissociables et indispensables pour grandir et évoluer dans une société, à condition qu’ils soient en harmonie..

Savez-vous que l’état hypnotique obtenu en séance, est un état naturel, que nous portons tous en nous ? Nous l’appelons « l’état de conscience modifiée ». Il est présent en chacun de nous, au côté des trois autres états: veille, sommeil profond, et sommeil paradoxal (rêve). Cela dit, l’hypnose n’est pas la seule manière de se placer dans cet état de conscience modifiée ; l’alcool, la drogue, l’amour, la lecture, la musique peuvent également vous y conduire, sauf  qu’ils ne sont pas vraiment adaptés à la thérapie hormis pour la lecture et la musique.

Cet état de conscience modifié s’impose naturellement, tous les jours, dans votre vie courante, sans que vous ne vous en rendiez compte. Des exemples ? Quand vous lisez et que des émotions ou des images apparaissent ou vous submergent, quand une musique vous emporte, quand au volant de votre bolide, vous passez en conduite automatique … Eh bien, tous ces moments sont reconnus comme des états de conscience modifiée. Vous ne  les avez pas déclenché volontairement (on en est incapable sans entraînement). Par contre, ils vous permettent de vivre des émotions, de susciter des réflexions, d’avoir un autre regard, de vivre pleinement ces instants de vie. Bref, des moment indispensables à votre bien-être. Par contre, la faculté et la sensibilité à passer d’un état conscient à celui d’un état de conscience modifié, est variable d’un individu à l’autre.

Mais en thérapie, avec l’hypnose et l’approche Hunkaar, quand on amène la personne dans cet état de conscience modifiée ( état que vous pouvez quitter à tout moment ), on recherche surtout à établir un dialogue avec l’inconscient. Cela peut amener des émotions, des images: la preuve que le contact est établi. Ensuite, c’est à l’inconscient de prendre la main pour, comme Platon le proposait déjà en son temps, faire preuve de « métanoïa », c’est à dire s’autoriser une conversion de son regard sur les problèmes qui vous touchent (et non pas faire pénitence tel que l’on peut le lire dans les interprétations bibliques).

Votre Inconscient et vous:
Il a grandi avec vous, et est devenu autonome très vite, car c’est vital pour un petit d’homme s’il veut participer sans se faire manger par la société.
Alors, dès que vous avez eu 5-6 ans , étant bienveillant par définition, il a pris son rôle protecteur très au sérieux: avec vous, il a été confronté aux épisodes de la vie: certains très heureux et d’autres beaucoup moins; des moments douloureux, difficiles, tristes, voire injustes. Son rôle est alors de gérer les émotions, les ressentis qui en découlent pour que vous puissiez continuer à avancer dans la vie. Mais, quelquefois, ces émotions sont trop fortes, trop violentes, trop « brutes de décoffrage »; il ne peut vous les livrer telles quelles, vous les donner à vivre sans précaution, elles pourraient être destructrices; alors ne pouvant les traiter dans l’instant, les digérer, les « photoshoper », il les stocke car quoi qu’il arrive son rôle est de vous protéger !  Il veut du temps pour réparer, trouver des statégies pour les évacuer alors en attendant, il enfouit ces émotions. Et elles s’accumulent, s’entassent. Freud qui a pratiqué l’hypnothérapie, disait « Les émotions enfouies ne s’effacent jamais ». Par expérience, je lui donne raison.

Ces comportements qui vous dérangent …
A force, ces accumulations entraînent un mal-être, que l’inconscient va traduire en comportements: ceux-ci occasionnent des symptômes qui s’installent au fil du temps tels que des crises d’anxiété, un stress de moins en moins gérable, des périodes de boulimie qui entraînent un surpoids qui s’installe insidieusement, des insomnies, des douleurs chroniques, elles aussi insidieuses, qui résistent, l’installation de phobies, la recherche de récompenses addictives telles que tabac, drogue, alcool ou pire, qui amènent une dépendance …

Ces symptômes sont réels même s’ils sont occasionnés par l’inconscient: les douleurs font vraiment mal et résistent aux antalgiques, les insomnies s’installent même en cas de fatigue, les angoisses reviennent sans cesse même quand il ne semble pas y avoir de cause, le manque de confiance, la peur de l’avenir s’installent alors qu’il n’y a pas de raison, les kilos sont lourds sur la balance mais bien réels sur votre santé et dans le regard des autres, les drogues sont bien de plus en plus addictives, une addiction physique pour certaines comme le THC, la cocaïne ou l’alcool, qui font mal partout quand le manque est là, ou psychologique avec le tabac (il n’y a pas de drogue dans la cigarette !).
Tous ces maux, ces comportements sont en fait des soupapes de sécurité et c’est bien l’Inconscient qui  les a installés… pour éviter PIRE !

Pourquoi avoir modifié ma pratique ?
L’hypnothérapie éricksonienne, telle qu’elle est aujourd’hui le plus souvent proposée, consiste à installer confortablement la personne, puis à la placer dans une pseudo-transe relaxante tout en lui contant de jolies métaphores  ou scénarios. Dans cet état très relax, proche du sommeil, le thérapeute espère juste que l’inconscient en face de lui, comprendra le sens caché et obéira à l’injonction dissimulée.
J’estime qu’il est dangereux de vouloir diriger un inconscient en souffrance; au mieux, il passera outre et le client aura perdu son temps et son argent, au pire l’inconscient déplace le comportement, donc les symptômes, et en fait apparaître de nouveaux, pire que les précédents. Exemple: une personne consulte pour une douleur chronique; en bon éricksonien, je m’empresserai d’utiliser l’hypno-antalgie pour enlever la douleur et soulager immédiatement la personne, qui sera ravie et n’aura pas assez de louanges à mon égard. Seulement la douleur reviendra sans doute dans les jours suivants. Pourquoi ? Car cette douleur est un signal envoyé par l’inconscient pour exprimer une souffrance. Enlever l’alarme (la douleur) ne sert à rien, pire elle empêche alors de voir la souffrance. Par contre, demander à l’inconscient si c’est bien lui qui crée cette douleur et pourquoi, va permettre à cet inconscient de réparer. Autre exemple, que vous avez sans doute rencontré: l’arrêt-tabac (l’addiction tabagique est un comportement au même titre que la douleur ou les phobies…): ordonner à l’inconscient de cesser ce comportement, ou le dégouter, sans se soucier de la cause qui pousse l’inconscient de cette personne à fumer risque de déplacer le comportement du tabac vers la nourriture et donc de lui faire prendre quelques dizaines de kilos. Et en plus , elle rechutera sans doute vers le tabac dans les mois ou semaines suivantes, sans que le poids ne diminue.

Et je trouve bien prétentieux qu’un thérapeute, après 15 ou 20 mn de discussion, puisse se croire mieux placer que l’inconscient de la personne pour connaître les causes et les solutions. C’est par ailleurs un total manque de respect et de bienveillance vis à vis de cet inconscient et de ce qu’il a vécu. En tout cas, ce n’est pas l’idée que j’ai, du respect et de la bienveillance que l’on doit aux personnes qui recherchent de l’aide en venant consulter. Ce qui compte c’est que l’inconscient puisse aller sur ses émotions enfouies, refoulées, qui créent ses comportements et qu’on l’accompagne dans cette recherche. Alors, il pourra réparer, et permettre à la personne de retrouver de l’harmonie et du bien-être.

Une solution ?
L’objectif avec la méthode Hunkaar, n’est pas de masquer ou déplacer ces comportements, mais plutôt de permettre à l’inconscient de libérer les émotions à l’origine de ceux-ci. Sinon, en les masquant, on risque de les déplacer vers des comportements bien pire.

En se libérant de ces fardeaux, l’inconscient s’autorise aussitôt, à réparer et retrouver un fonctionnement plus harmonieux, entraînant alors la disparition de ces comportements.

C’est une thérapie éthique, respectueuse de l’individu : pas de dirigisme, d’interprétation, ou de perte de contrôle. Elle permet d’apporter des solutions rapides, efficaces et durables dans de nombreuses situations : arrêt du tabac, addictions diverses, phobies, allergies, gestion de l’alimentation, confiance en soi, angoisses, stress handicapant, insomnie, douleurs émotionnelles difficiles à gérer(deuil, séparation), gestion de la douleur…. Voir les indications de l’hypnothérapie

Suivant les personnes, une ou plusieurs séances peuvent s’avérer nécessaire, à une fréquence qu’ils décideront ou plutôt que leur inconscient décidera !

C’est une thérapie douce, pouvant convenir aussi bien aux adultes qu’aux ados, pré-ados et enfants. Pour ces derniers, le protocole est adapté en fonction de l’âge, avec un accompagnement possible dès l’âge de 6-7 ans. Mais comme pour toute thérapie, il est important et vital, que les personnes qui viennent consulter le fassent de leur propre chef ou tout du moins qu’elles approuvent la démarche.

Pour conclure, je voudrais juste faire remarquer que j’ai le beau rôle (et c’est d’ailleurs pourquoi j’ai tant de plaisir à faire ce métier) :  aller à la rencontre d’inconscients, les accueillir, les accompagner dans de nouvelles voies, leur proposer cette fameuse reconversion du regard, puis les voir grandir, se reconstruire au fil des séances, jusqu’à ce qu’ils s’épanouissent harmonieusement, me procurent d’énormes et intenses satisfactions. Elles génèrent une énergie bienveillante, ressourçante, revitalisante que j’étais loin de soupçonner dans ma vie  » pré Hunkaar « .
Surtout quand ces Inconscients sont riches, intéressants, captivants, toujours enclins à me surprendre pour m’en apprendre davantage.

Merci de m’avoir écouté.

Dessin symbolisant JM Cocheteau Hypnotyseur

Certifications

  • Maître Praticien Hunkaar
    Institut Hunkaar – Toulouse
  • Technicien en hypnose Ericksonienne
    Institut Noesis – Paris
  • Sevrage tabagique méthode ATH
    ATH-Michel Martin – Lorient
  • Hypno-antalgie & E.F.T
    David Vigneron – Metz
  • Gestion du poids
    Marie Martin – Lorient
  • Hypnose expérimentale Janet
    Institut Hunkaar – Toulouse
  • Inductions rapides
    David Vigneron – Metz
  • Street Hypnose
    Street Hypnose – Toulouse
  • Relaxation coréenne – Toulouse

Régulièrement, je participe à de nouvelles formations ou supervisions, afin de consolider et valider mes pratiques.
Les dernières en date: Respiration Wim Hof et Relaxation Coréenne, idéales pour apporter une relaxation maximale.

Expérience personelle

J’ai d’abord été un patient …

Depuis le temps que je fumais (30 ans), j’avais pu tester beaucoup de méthodes, le temps de subir beaucoup d’échecs également.
Jusqu’au jour, où un ami m’a parlé d’une praticienne qui proposait l’hypnose pour supprimer cette addiction au tabac. Un peu de curiosité et le fait de me dire « une méthode de plus, après tout pourquoi pas ! Elle a peut-être une baguette magique ! » Il n’est jamais trop tard pour rêver !

Une séance, puis une seconde dans le confort d’un cabinet ont suffi à me débarrasser définitivement de mon addiction au tabac, et sans éprouver le moindre manque dans les jours et les semaines qui suivirent:
« Ah, il est donc possible de vivre heureux, sans cigarettes, cigares ou artefacts divers à suçoter ! »

Incroyable, j’ai pris conscience que l’on pouvait réellement s’en passer, et qu’effectivement, on vivait beaucoup, beaucoup mieux !

Voilà désormais plus de 15 ans que j’ai arrêté le tabac, sans stress, sans manque et sans jamais avoir eu envie de reprendre. Quel plaisir de retrouver de la liberté, de la santé et un avenir !

Seulement, pour être tout à fait honnête, je ne peux pas dire que ce fût une totale réussite, car si j’avais bien arrêté de fumer, en échange j’avais pris 35 kilos !
Pourquoi ? Parce qu’elle n’a pas respecté mon inconscient, chercher l’utilité de cette addiction;
elle est passée en force.

En bref, mon inconscient a déplacé, remplacé son comportement, du tabac vers la nourriture. Et il n’y a pas été de main morte, allant jusqu’à mettre ma vie en péril du coup: 35 kgs !

Il semblerait d’ailleurs qu’il en ait pris conscience et dès lors, changé de stratégie :
« Pour régler mes problèmes, c’est simple, il suffisait que je devienne hypnotiseur, que j’apprenne le métier, que j’obtienne mes Certifications; alors peut-être, qu’il y aurait enfin quelqu’un pour l’écouter, le respecter, et du coup mieux comprendre mon parcours de vie, mes motivations, mes peurs, mes angoisses, juste histoire de se construire un avenir plus harmonieux ! »

C’est ce qui s’est produit et Hunkaar est l’un des ces aboutissements, un long parcours qui m’a permis d’être plus à l’écoute de mon Inconscient, ces fameux réseaux neuronaux émotionnels, et donc, plus à l’écoute des Inconscients que je rencontre en cabinet.  Depuis, mon Inconscient et moi, sommes devenus comme de vieux amis, continuant à  apprendre à nous connaître et à se respecter mutuellement.  On se dit simplement les choses et c’est déjà formidable; juste pour que s’il y a des problèmes, ceux-ci puissent être résolus avant qu’ils ne dégénèrent.

Fort de cette expérience et de ce parcours, je peux dès lors, donner la parole aux autres, aux inconscients des personnes qui me consultent. Ce qui, entre nous, évitera aussi que des individus suivent mon exemple et ne deviennent également hypnothérapeutes ! J’aime la concurrence mais quand même !

Par contre, nouer cette relation avec son inconscient est un long apprentissage: alors, régulièrement je redeviens patient, demandant à des collègues de me faire une séance et plusieurs fois par semaine, grâce à l’auto-hypnose, j’entretiens le dialogue. C’est important.

Je suis marié, père et grand-père.
J’ai une formation scientifique (analyses médicales), avec 15 ans d’expérience dans les hôpitaux. Par la suite, je me suis tourné vers l’informatique et l’illustration. Et j’ai une passion: la musique, avec un goût immodéré pour le jazz, Mozart et le Beau !